PatrickRubinstein.com

“Une oeuvre est émotion…

Patrick Rubinstein est né en 1960 à Paris. Son enfance le marquera durablement et nourrira plus tard son langage artistique. Paris vit alors à l’heure du rock britannique, du cinéma et du pop américain.

Il grandit dans une famille qui le sensibilise à l’art. Il reçoit de sa mère sa passion du cinéma, et de son père un esprit inventif. C’est lui qui l’initie le premier aux techniques des arts cinétiques. Cette initiation et l’imprégnation d’une culture pop dans sa jeunesse seront décisives dans sa création artistique future.

en savoir plus

… et l’émotion c’est ce qui touche notre moi profond, notre mémoire.”

L’artiste puise ses thèmes dans le passé et le présent. Il cisèle ses œuvres comme un orfèvre. Le résultat est saisissant, Patrick Rubinstein nous offre une œuvre futuriste et avant-gardiste.

À 18 ans, il vend ses premières œuvres. N’ayant jamais renoncé à innover, ce n’est que bien des années plus tard que l’artiste perfectionne sa technique et son langage. Il offre aujourd’hui une œuvre internationalement reconnue.

Le principe du Dooble réside dans la fusion de deux images conçues pour se fondre en une. Cette nouvelle image fusionnée est appliquée sur un support au profil en accordéon. L’application de l’image sur ce support recréer à 45 ° les deux images originelles de part et d’autre. Plusieurs autres images, en entrelacs des deux vues, naissent par le déplacement du spectateur autour de l’œuvre.

Le principe du Triple réside dans trois images, une centrale et deux latérales. Les vues latérales sont créées par des lamelles insérées à la perpendiculaire de l’image centrale. Elles offrent deux images distinctes, de part et d’autre à 45°. Cette technique permet une variation de perception par le mouvement et assure une vision évidente de l’image centrale.

L’effet de ces deux techniques est saisissant, donnant aux œuvres un aspect vivant et perpétuellement renouvelé.

Le mouvement n’est pas le seul élément de variation de la perception. En effet, l’intensité lumineuse et l’orientation de la lumière jouent aussi sur l’effet cinétique de l’œuvre.

Fermer le menu
×
×

Panier